Épargne à court terme : Livret d’épargne bancaire ou Livret A ?

épargne

Épargner permet de se constituer une rente complémentaire de retraite,  d’économiser pour financer des projets et également de créer une réserve d’argent. Quel que soit l’objectif motivant un particulier à mettre des sous de côté, il lui faut bien choisir son placement financier. Opter pour le mauvais support peut mettre en danger sa situation financière et réduire à néant tous ses efforts. Comment épargner malin en 2019 ? Quelle offre d’épargne à court terme adopter ? Les réponses !

Le Livret d’épargne bancaire : des taux boostés

La diffusion du Livret d’épargne a été, de manière significative, favorisée par l’arrivée d’acteurs tels que l’ING, le B for Bank et l’AXA Banque sur le marché. Le Livret d’épargne s’adresse à tout individu ayant atteint la majorité légale. Sachant qu’une personne physique a le droit d’ouvrir autant de Livrets qu’il lui plaît.

Il s’agit d’un support d’épargne que l’on peut ouvrir auprès d’une banque. Ce produit permet de faire aussi bien des dépôts que des retraits. L’épargnant reçoit une rémunération suivant les sommes placées dans son compte. En d’autres termes, le Livret d’épargne est un placement garantissant le capital déposé et offrant une rémunération indiquée d’avance. D’autre part, les sommes confiées sont mises à disposition du souscripteur en moins d’une semaine.

Qui dit Livret d’épargne dit taux d’intérêts boostés (en principe de 2%) sur une durée de quelques mois seulement. Cette période terminée, dans la majorité des cas, la rémunération accordée est d’environ 1% avant fiscalité. En outre, un prélèvement forfaitaire libératoire à hauteur de 24%  ainsi que des prélèvements sociaux évalués à 17,2% sont imposés au détenteur. Ce qui donne une la fiscalité totale de 41,2% pour une rémunération de long terme de moins de 1%. Conclusion, ce support n’est avantageux qu’à court terme.

Le Livret A : ne subit aucune fiscalité

Lancé par la Caisse d’Épargne, le produit est aujourd’hui accessible dans toutes les banques. Tout le monde peut ouvrir un Livret A. Dans le cas des mineurs, leurs parents se chargent d’en assurer la gestion. Mais, contrairement au Livret bancaire, il est interdit de posséder différents Livrets A à la fois.

Le Livret A accorde, entre autres, des financements pour la réalisation de projets de construction de logements sociaux. Niveau taux de rémunération, il est déterminé selon plusieurs éléments : les  taux interbancaires, l’inflation, décision du gouvernement.

Quels avantages ? L’ouverture d’un Livret A ne représente aucun risque pour l’épargnant. Le capital est garanti, la liquidité est immédiate et les taux sont déterminés par le gouvernement. En sus, son seuil d’accès est de 15 euros seulement et des virements réguliers peuvent être effectués depuis un compte courant vers un Livret A. Le produit ne s’accompagne d’aucune fiscalité, pas de prélèvements sociaux et pas d’impôt. Depuis le 1er août 2015, le taux d’intérêt est de 0,75%.

Les mauvais côtés ? Son dépôt maximal de 22 950 euros ne peut être augmenté qu’en utilisation un Livret de Développement Durable. Ce dernier a un fonctionnement identique à celui du Livret A au niveau de la fiscalité et de la rémunération.

Tout comme le Livret d’épargne bancaire, le Livret A est bien adapté aux épargnes de courte période. Bien qu’elles soient peu rémunératrices, elles sont dépourvues de risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *