Combien coûtent les travaux d’une rénovation énergétique ?

coût de travaux de rénovation énergétique

Vous souhaitez améliorer la performance énergétique de votre bien immobilier afin, notamment, de réaliser des économies d’énergie ? Nous dressons pour vous une liste des principaux travaux qu’il faudra réaliser ainsi que leur coût.

Les différents types de travaux liés à la rénovation énergétique

Avant de mesurer le coût d’une rénovation énergétique, évoquons d’abord les principaux travaux qui lui sont liés, du plus essentiel au plus optionnel.

Les travaux d’isolation

Le plus important, pour un bien immobilier, c’est son isolation. Peu importe la qualité de votre chauffage et son aspect écologique ou non : si votre logement n’est pas bien isolé, vos économies d’énergie potentielles vont s’envoler. Cela est d’autant plus vrai pour les logements anciens.

Ainsi, l’isolation des murs, au niveau des fenêtres, voire des combles et des toitures pour une maison, sera la première pierre que vous poserez à l’édifice de votre nouveau bien rénové et efficient au niveau énergétique. L’objectif : faire de votre logement un logement comme neuf en termes d’isolation.

Les travaux liés à l’optimisation du chauffage

Ce n’est qu’une fois que les travaux d’isolation sont terminés que vous pouvez vous attaquer à l’installation d’un nouveau système de chauffage. Commencez d’abord par faire une liste des équipements dont vous disposez et à évaluer leur qualité. Vous pourrez ainsi aller à l’essentiel et vous concentrer sur ce qui aura le plus d’impact compte tenu des nouvelles contraintes énergétiques et des nouvelles technologies disponibles.

Par exemple, une chaudière assez ancienne (donc très énergivore) peut être changée pour une chaudière à condensation individuelle ou à basse température. En outre, les radiateurs classiques sont reconnus comme étant moins efficaces que les radiateurs à chaleur douce (ces derniers fonctionnent à une température plus basse).

Installer des énergies renouvelables chez soi

Vous pouvez même aller plus loin en termes de chauffage en installant des sources d’énergie utilisant les énergies renouvelables. On pense notamment aux poêles à bois qui ont un rendement de 85% contre seulement 10% pour une cheminée traditionnelle à foyer ouvert. Un autre exemple concerne l’installation de panneaux solaires sur les toitures qui permettent de générer de l’électricité. Les pompes à chaleur, les éoliennes individuelles ou encore les petites centrales hydrauliques sont autant d’alternatives aux énergies traditionnelles à considérer lors d’une rénovation énergétique.

Quels prix pour ces travaux ?

Il est difficile d’établir un prix moyen définitif pour chacun de ces types de travaux. Nous avons toutefois essayé d’établir une grille de lecture à titre indicatif. Si vous souhaitez vous lancer dans un projet de rénovation énergétique, nous vous conseillons de vous rapprocher de professionnels afin d’établir un devis plus précis.

L’isolation du logement

Pour les maisons et appartements au dernier étage, la priorité est d’isoler les combles et toitures (en effet, la chaleur monte). Les deux principales techniques utilisés sont le soufflage et l’épandage. La première est la moins chère de deux : il faut compter entre 18 € et 53 € du mètre carré quelques soient les matériaux utilisés.

Vient ensuite l’isolation des murs qui peut se faire soit par l’intérieur soit par l’extérieur. Là encore la première option est moins chère (60 € du mètre carré en moyenne contre 160 € pour la deuxième option). Toutefois, isoler par l’extérieur est beaucoup plus efficace et offre à long terme une meilleure rentabilité. En outre, faire changer les fenêtres coûte entre 500 € et 1 500 € en fonction du type de vitrage, de huisseries et de l’ouverture.

Mise à niveau des équipements (chauffage et électricité)

Ces travaux sont également très onéreux : une chaudière neuve coûte entre 3 000 € pour une chaudière à gaz et 10 000 € pour une chaudière au fioul en fonction de sa puissance, son emplacement et surtout de sa capacité à produire de l’eau chaude sanitaire pour les pièces d’eau du bien. Un chauffe-eau se révélera plus abordable avec un prix moyen de 3 000 €. Les radiateurs à eau, quant à eux, peuvent coûter de 50 € à 1 000 €, contre 100 € à 1 200 € pour des radiateurs électriques.

Finalement, vous avez aussi la possibilité d’installer un réseau électrique plus récent et moins énergivore. Les prix ici varient énormément en fonction du bien et l’installation électrique d’origine. Mieux vaut vous renseigner auprès d’un professionnel pour avoir une idée plus claire du prix.

Quid du prix des travaux liés aux énergies renouvelables ?

Concernant les énergies renouvelables, le premier choix en termes de budget est le bois. Le prix d’un poêle à bois se situe ainsi entre 3 000 € et 7 000 €, un budget rapidement rentabilisé. Les autres énergies se révèlent plus chères à installer : comptez par exemple 1 000 € par mètre carré pour des panneaux photovoltaïques. Une pompe à chaleur coûtera elle de 6 000 € à 20 000 € (aérothermie) voire 40 000 € (géothermie) selon la surface chauffée. Les installations les plus chères concernent les énergies hydrauliques et éoliennes.

Les aides financières disponibles pour financer une rénovation énergétique

Fort heureusement, des aides financières sont disponibles afin d’atténuer le coût des travaux liés à une rénovation énergétique. Certains travaux sont d’ailleurs plus subventionnés que d’autres, ce qui peut vous aider dans vos choix.

Sachez d’abord qu’il est possible de financer ses travaux de rénovation (s’ils ne dépassent pas 10% de la valeur du bien) avec son prêt immobilier. Vous pouvez faire une simulation en ligne pour savoir à quel hauteur vous pouvez les inclure.

Ainsi, on compte 5 aides principales :

  • Faire appel à un artisan Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) : vous bénéficiez alors d’un taux de TVA réduit à 5,5 % ;
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : vous réduisez alors vos impôts de 30 % des dépenses liées aux travaux effectués par un RGE, avec un plafond par foyer de 16 000 € et 400 € additionnels par personne à charge ;
  • L’éco-prêt à taux zéro : vous bénéficiez de 30 000 € pour des rénovations énergétiques par un professionnel RGE ;
  • Le dispositif des certificats d’économies d’énergies (CEE) : il s’agit d’un engagement des fournisseurs d’énergie à aider les particuliers dans leur rénovation énergétique de leur logement ancien et s’élève à 20 % du prix des travaux effectués par un professionnel RGE ;
  • Le programme “Habiter mieux” : il permet une aide financière plafonnée à 10 000 € sous conditions de ressources. Elle peut être complétée par une prime d’Etat de 1 600 € à 2 000 € si les travaux améliorent d’au moins 25 % la performance énergétique du bien immobilier.